Christophe Jacquet — Carnet — Mot-clé : LaTeX

Utilisateur de LaTeX, débutant ou confirmé ? Toujours à portée de main, le Mémento LaTeX ! Mémento LaTeX, Christophe Jacquet, Eyrolles, oct. 2007. En librairie.

TeXShop's magic comments

I once wrote a note on how to set the character encoding of a file in TeXShop, using a “magic comment”. As the information on the topic of TeXshop's magic comments is very scarce on the web, here is a compilation of the magic comments I know of.

Note: magic comments (or magic markers) alter TeXShop's default behavior on a per-file basis. These are basically regular TeX comments, but they start with %!, thus they are interpreted by TeXShop if they appear at the top of a file.

Set the character encoding:

%!TEX encoding = UTF-8 Unicode
%!TEX encoding = IsoLatin

Set the engine (command to be run with the Typeset command, ⌘T):

%!TEX TS-program = context

Set the name of the “main”/“root” file, the one on which to call the typesetting command:

%!TEX root = main_file_of_my_phd.tex

Set the language to be used by the spell-checker:

%!TEX spellcheck = de-DE

When using source/PDF synchronization with multiple files, TeXShop is able to spot \include and \input commands in the main file. However this does not work with ConTeXt, so the following command allows one to explicitly reference an included file vis-à-vis TeXShop. Therefore it may be used several times:

%!TEX projectfile = chapter1.tex
%!TEX projectfile = chapter2.tex

Main source: TeXShop version history.

Liens LaTeX

Deux superbes outils interactifs :

  • Detexify : on dessine un symbole à l'écran (à main levée), l'outil indique la commande LaTeX correspondante !
  • LaTeX Equation Editor for Writing Maths on the Internet : on compose une équation dans un formulaire web, et cela construit le rendu LaTeX à la volée. On peut ensuite télécharger l'image. À comparer avec LaTeXiT, mais sans installer quoi que ce soit.

Un document bien utile :

Character encoding in TeXShop

It can be a real pain to open files with various character encodings inside TeXShop. Indeed, you basically have to change TeXShop's settings each time.

Hopefully, I recently came across a little-documented feature that allows you to specify the encoding on a per-file basis: you simply add a metadata (a special TeX comment) at the top of the file to set the encoding, and TeXShop will load and save it accordingly. Use:

%!TEX encoding = IsoLatin

for ISO-8859-1 (Latin 1), or:

%!TEX encoding = UTF-8 Unicode

for UTF-8. Be sure to type exactly that, as TeXShop is case-sensitively picky!

Well, that's not bad, but it could be far better:

  • why not use the same notation as used by Emacs (and others) : % -*- coding: UTF-8; -*- ?
  • why not use standard coding names (iso-8859-1 or latin1 instead of ISOLatin, utf-8 instead of UTF-8 Unicode)?
  • why does TeXShop need a metadata in the first place? Why can't it directly use the \usepackage[coding]{inputenc} line?

Update, 2011-05-20: I have written a new note about all TeXShop's magic comments.

Tableaux à double entrée et LaTeX

Avec LaTeX, il n'est pas absolument évident de réaliser des tableaux à double entrée du type suivant :

Tableau à double entrée

Ce n'est pas très compliqué, mais il faut un peu d'astuce. C'est ce qu'explique ce billet.

Lire la suite...

Mémento LaTeX

Couverture Mémento LaTeX Je parle régulièrement ici de technique LaTeX, en essayant de relever les bonnes pratiques, faciles à mettre en œuvre et sûres... Je suis heureux aujourd'hui de vous présenter mon Mémento LaTeX, qui paraît actuellement chez Eyrolles.

En 13 colonnes 10x21, ce Mémento présente l'essentiel de LaTeX, sous la forme d'un petit livret cartonné et glacé, à garder sur un coin de bureau.

L'ouvrage s'adresse :

  • d'abord à toutes les personnes désireuses de bénéficier pour la réalisation de documents divers des qualités de Latex, et souhaitant disposer d'une référence pratique de ce logiciel ;
  • et en particulier à tous les scientifiques (chercheurs, enseignants, doctorants, et même étudiants de l'université et des Grandes Écoles), utilisateurs traditionnels de LaTeX.

Rappelons que LaTeX est système de mise en forme de documents réputé pour la qualité de ses résultats, en particulier dans le domaine scientifique.

Ouvrir des documents LaTeX depuis Adobe Illustrator

Ouvrir des documents LaTeX depuis Adobe Illustrator est un vrai problème. Voici comment je comprends la situation (mais je peux me tromper !) : les textes d'un document LaTeX donnent lieu à des objets texte dans les fichiers PDF. Par défaut, (pdf)LaTeX ne va inclure dans les PDF que les glyphes des caractères utilisés (subsetting). Or Illustrator a besoin des polices en entier, de façon à permettre l'édition des objets texte, sans quoi il utilise des polices de substitution. Ce sera donc quasi-systématiquement le cas des documents LaTeX, d'où un chargement catastrophique...

Ce billet donne quelques trucs et astuces pour se sortir de ce problème.

Lire la suite...

Éviter les veuves et orphelines en LaTeX

En typographie, on n'aime généralement pas les lignes veuves ou orphelines, c'est-à-dire isolées en haut ou bas de page[1]. Au niveau de la page et même du document, LaTeX essaie de trouver un compromis entre différents critères esthétiques. Il peut donc arriver qu'il laisse passer quelques veuves et orphelines, sacrifiées en faveur d'autres critères...

Pour les éviter totalement, il suffit de donner une valeur infinie[2] aux pénalités associées aux veuves et orphelines :

\widowpenalty=10000
\clubpenalty=10000

Certains trouvent cela un peu violent et évoquent d'éventuels problèmes dans certains cas. Ils conseillent donc de limiter la valeur à 9999. Pour ma part, j'ai essayé avec 10000 sur ma thèse, et cela m'a éliminé toutes les veuves et orphelines, sans effets secondaires trop gênants. Tout au plus ai-je obtenu des espacements verticaux un peu grands par endroits.

Notes

[1] Les avis divergent quant au fait de savoir qui est la veuve et qui est l'orpheline...

[2] Pour LaTeX, l'infini vaut 10000. Ben oui. Pourquoi pas ?

Polices et pdflatex

PDF est le nouveau standard de diffusion de documents : il n'est plus vraiment d'actualité de générer des fichiers Postscript à partir de documents LaTeX. Cependant, ce n'est pas toujours évident de générer des documents PDF bien codés avec des jolies polices. Cet article donne une méthode pour éviter ces écueils.

Lire la suite...

Numéros de page et pdfLatex

Imaginons que dans un fichier PDF généré par LaTeX, les 10 premières pages soient numérotées de i à x, et que la page 1 soit située ensuite (i.e. à la onzième page physique). Le problème, c'est que pour naviguer dans le document, le lecteur doit alors taper des numéros de pages physiques (exemple : il faut taper 6 pour aller à la page vi, 45 pour aller à la page 35, etc.). Avouons que ce n'est pas très pratique !

Or, le format PDF permet aux documents d'indiquer leurs numéros de pages logiques, de façon à ce que pour aller page vi il suffise de taper vi, pour aller page 35 il suffise de taper 35, etc. Mais comment faire pour un document LaTeX ?

Il suffit d'ajouter dans la liste des options d'hyperref :

plainpages=false,
pdfpagelabels

Débuter avec LaTeX

Un ami veut débuter avec LaTeX, et m'a demandé de lui conseiller un livre ou une documentation pour débuter. Je l'ai dirigé vers le livre de Christian Rolland, LaTeX par la pratique. Or, ce dernier date de fin 1999, ce qui commence à dater un peu. Cet article résume donc mes conseils pour apprendre LaTeX en 2006 à l'aide du livre de Ch. Rolland : les parties dont je conseille la lecture, les compléments, etc.

Que les choses soient bien claires : tout le livre est intéressant ! J'indique uniquement ici ce que je trouve être de bons points d'entrée. Cela ne veut pas dire que le reste n'est pas bon, bien au contraire !

Mise à jour, 2008 : désormais je lui conseillerais, en plus d'un livre d'apprentissage, mon Mémento LaTeX, paru chez Eyrolles.

Lire la suite...

Images bitmap dans LaTeX

Au quotidien, je n'utilise plus que pdflatex, et plus jamais latex. Ainsi, je peux inclure mes figures vectorielles sous forme de fichiers PDF, et les bitmaps directement en PNG ou JPEG.

Cependant, il arrive que des conférences exigent un fichier PostScript[1] : il faut donc dans ce cas impérativement utiliser latex, et importer toutes les images en EPS. La conversion des bitmaps en EPS se fait généralement bien avec ImageMagick, mais le problème, c'est que les fichiers EPS ont une fâcheuse tendance à l'embonpoint. Exemple : soit une image PNG de 670 x 304, 256 couleurs. Le fichier PNG fait 8,2 Ko. Après une bête conversion, on se retrouve avec un fichier EPS de 1,2 Mo ! J'ai trouvé un moyen de forcer la compression des images EPS :

convert -compress zip image.png eps2:image.eps

De cette façon, la taille de mon image est passé à 252 Ko. C'est toujours 30 fois plus que l'original en PNG, mais on limite les dégâts...

Notes

[1] quand ce n'est pas un fichier Word...

Valid HTML5? © . ✍ Contact
Propulsé par DotClear.